Comment déterminer une mauvaise qualité de sommeil

Vous sentez-vous souvent fatigué et étourdi le matin, même les nuits où vous avez suffisamment dormi? C'est une expérience frustrante, mais il peut y avoir une explication simple: vous avez une mauvaise qualité de sommeil. Une mauvaise qualité de sommeil peut altérer votre concentration , aggraver votre humeur , et est même liée à un risque accru de La maladie d'Alzheimer .



Il est facile de comprendre que vous ne dormez pas suffisamment. Comprendre Pourquoi que le sommeil n’est pas réparateur est plus délicat, mais certainement réalisable. Poursuivez votre lecture pour découvrir les signes d'un manque de sommeil, ce qui pourrait être à l'origine de votre mauvaise qualité de sommeil et comment l'améliorer.

Signes que la qualité de votre sommeil doit s'améliorer

Si vous pensez que vous dormez mal, demandez-vous si vous présentez l'un de ces signes révélateurs:



  • Vous prenez plus de 30 minutes pour vous endormir après vous être couché.
  • Vous vous réveillez régulièrement plus d'une fois par nuit.
  • Vous restez éveillé pendant plus de 20 minutes lorsque vous vous réveillez au milieu de la nuit.
  • Tu dépenses moins de 85 pour cent de votre temps au lit endormi.
  • Tu sent fatigué et ont de la difficulté à se concentrer pendant la journée. Vous buvez peut-être plus de caféine pour rester alerte.
  • Votre peau est éclater et ton les yeux sont gonflés, rouges ou en développement de cernes ou de poches.
  • Vous avez plus souvent faim, en particulier pour la malbouffe, et prendre du poids .
  • Tu sens plus stressé , épuisé émotionnellement et plus en colère que d'habitude.
  • Vous avez reçu un diagnostic de insomnie .

Qu'est-ce que la qualité du sommeil?

La qualité du sommeil est différente de la quantité de sommeil. La quantité de sommeil mesure la quantité de sommeil que vous dormez chaque nuit, tandis que la qualité du sommeil mesure votre qualité de sommeil.

Mesurer la quantité de sommeil est simple, car il est rapide de déterminer si vous obtenez le quantité de sommeil recommandée par nuit (généralement défini comme 7 à 9 heures pour les adultes). Mesurer la qualité du sommeil est un peu plus un art qu'une science. Généralement, une bonne qualité de sommeil est définie par les caractéristiques suivantes:

  • Vous vous endormez peu de temps après vous être couché, dans les 30 minutes ou moins.
  • Vous dormez généralement toute la nuit et ne vous réveillez pas plus d'une fois par nuit.
  • Vous pouvez dormir le nombre d'heures recommandé pour votre groupe d'âge.
  • Vous vous rendormez dans les 20 minutes si vous vous réveillez.
  • Vous vous sentez reposé, restauré et plein d'énergie au réveil le matin.

Raisons de la mauvaise qualité du sommeil

Un certain nombre de choses peuvent contribuer à votre mauvaise qualité de sommeil. Certaines causes potentielles comprennent une mauvaise hygiène du sommeil, le stress, l'apnée du sommeil ou un autre problème de santé chronique ou un trouble du sommeil.

Mauvaises habitudes de sommeil

De mauvaises habitudes de sommeil, comme avoir un horaire de sommeil irrégulier ou consommer trop de caféine ou d'alcool, peuvent nuire à la qualité de votre sommeil. Dans une étude sur des étudiants en sciences infirmières, le tabagisme et la consommation quotidienne de café étaient deux des principaux facteurs associés à une mauvaise qualité du sommeil. L’alcool perturbe également votre sommeil, même s’il est considéré comme un sédatif .

Stress et anxiété

Une mauvaise santé mentale, qu'elle soit due à un stress accru ou à une dépression ou à un trouble anxieux, contribue également à une mauvaise qualité du sommeil. Problématique, privation de sommeil et l'insomnie qui en résulte aggraver ces conditions , créant un cercle vicieux.



Problèmes de santé chroniques

Certain problèmes de santé chroniques sont associés à de mauvaises habitudes de sommeil et à une diminution du sommeil en général. Ceux-ci comprennent les maladies pulmonaires chroniques, l'asthme, le reflux acide, les maladies rénales, le cancer, la fibromyalgie et la douleur chronique. Malheureusement, comme pour le stress et l'anxiété, une mauvaise qualité du sommeil peut exacerber les symptômes et l'inconfort ressentis avec ces conditions.

Recevez les dernières informations sur le sommeil grâce à notre newsletterVotre adresse e-mail ne sera utilisée que pour recevoir la newsletter de thesleepjudge.com.
Vous trouverez de plus amples informations dans notre politique de confidentialité .

Apnée du sommeil

Une personne avec apnée du sommeil éprouve des interruptions temporaires de la respiration pendant leur sommeil, ce qui se traduit par des halètements, des suffocations et des ronflements. Même s’ils ne se réveillent pas consciemment, leur cerveau doit recommencer à respirer, ce qui perturbe la qualité du sommeil. Somnolence et manque d'énergie sont deux des plaintes les plus courantes des personnes souffrant d'apnée du sommeil.

Trouble du sommeil non diagnostiqué

Parce qu'ils surviennent pendant votre sommeil, certains troubles du sommeil ne sont pas diagnostiqués jusqu'à ce qu'une personne recherche des soins pour d'autres symptômes, comme une mauvaise qualité de sommeil, ou qu'un partenaire de sommeil ne les avertisse pas des symptômes. Par exemple, les personnes atteintes de troubles du mouvement périodique des membres (PLMD) subissent des mouvements de secousse involontaires dans leurs jambes pendant leur sommeil, ce qui entraîne réduction de la qualité du sommeil et fatigue et mauvaise concentration pendant la journée. Les individus avec narcolepsie souffrent également souvent d'une mauvaise qualité de sommeil et fatigue diurne .

Comment améliorer la qualité de votre sommeil

Heureusement, améliorer la qualité de votre sommeil peut être aussi simple que d'améliorer votre hygiène de sommeil. Tout comme l'hygiène dentaire consiste à se brosser régulièrement les dents et à passer la soie dentaire pour maintenir vos dents, hygiène du sommeil consiste à adopter de bonnes habitudes qui vous aident à bien dormir de manière constante.

Essayez ces des idées pour améliorer votre sommeil .

  1. Arrêtez de regarder la télévision et d'utiliser votre téléphone ou votre ordinateur pendant au moins 30 minutes avant le coucher. Les appareils électroniques émettent des lumière bleue que votre cerveau perçoit comme la lumière du soleil, le trompant retarder le sommeil et vous garder éveillé plus longtemps que vous ne le souhaiteriez.
  2. Transformez votre chambre en une oasis sombre, calme et fraîche. Réglez votre thermostat quelque part entre les 60 degrés Fahrenheit et utilisez des rideaux occultants ou une machine à bruit blanc pour détendre davantage vos sens.
  3. Allez au lit et réveillez-vous à la même heure tous les jours. Suivre un horaire de sommeil régulier entraîne votre cerveau à reconnaître quand il est temps de dormir et quand il est temps de se réveiller.
  4. Assurez-vous que votre horaire de sommeil vous laisse suffisamment de temps pour dormir. Les adultes ont besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit.
  5. Créez une routine de coucher relaxante. Choisissez des activités qui vous détendent et vous calment, comme prendre un bain chaud, écouter un livre audio ou tenir un journal. Effectuer ces activités dans le même ordre chaque nuit crée un modèle pour que votre cerveau les reconnaisse comme le prélude au sommeil.
  6. Limitez votre consommation de caféine et d'alcool. Ces deux substances peuvent rester dans votre système pendant un certain temps et perturber la qualité de votre sommeil. Évitez de boire de l'alcool dans les trois heures précédant le coucher et de la caféine dans les cinq heures .
  7. Obtenez un peu de soleil le matin. Seulement 15 à 30 minutes à l'extérieur au soleil peuvent vous aider à vous réveiller et à réinitialiser votre rythme circadien.

Si vous avez encore du mal à dormir après avoir appliqué ces suggestions, parlez-en à votre médecin. Ils peuvent recommander d'autres changements de style de vie, des thérapies ou des médicaments qui peuvent améliorer la qualité de votre sommeil.

  • Les références

    +18 sources
    1. 1. Medic, G., Wille, M. et Hemels, M. E. (2017). Conséquences à court et à long terme sur la santé des perturbations du sommeil. Nature et science du sommeil, 9, 151–161. https://doi.org/10.2147/NSS.S134864
    2. deux. Yilmaz, D., Tanrikulu, F., et Dikmen, Y. (2017). Recherche sur la qualité du sommeil et les facteurs affectant la qualité du sommeil des étudiants en soins infirmiers. Revue actuelle des sciences de la santé, 43 (1), 20–24. https://doi.org/10.12865/CHSJ.43.01.03
    3. 3. Ju, Y. E., McLeland, J. S., Toedebusch, C. D., Xiong, C., Fagan, A. M., Duntley, S. P., Morris, J. C., et Holtzman, D. M. (2013). Qualité du sommeil et maladie d'Alzheimer préclinique. JAMA neurology, 70 (5), 587-593. https://doi.org/10.1001/jamaneurol.2013.2334
    4. Quatre. Reed, D. L. et Sacco, W. P. (2016). Mesure de l'efficacité du sommeil: quel devrait être le dénominateur?. Journal of Clinical Sleep Medicine: JCSM: publication officielle de l'American Academy of Sleep Medicine, 12 (2), 263-266. https://doi.org/10.5664/jcsm.5498
    5. 5. Harvey, A. G., Stinson, K., Whitaker, K. L., Moskovitz, D. et Virk, H. (2008). La signification subjective de la qualité du sommeil: une comparaison d'individus avec et sans insomnie. Sommeil, 31 (3), 383–393. https://doi.org/10.1093/sleep/31.3.383
    6. 6. Chen, Y. et Lyga, J. (2014). Connexion cerveau-peau: stress, inflammation et vieillissement cutané. Cibles de médicaments contre l'inflammation et les allergies, 13 (3), 177–190. https://doi.org/10.2174/1871528113666140522104422
    7. 7. Chervin, R. D., Ruzicka, D. L., Vahabzadeh, A., Burns, M. C., Burns, J. W., et Buchman, S. R. (2013). Le visage de la somnolence: amélioration de l'apparence après le traitement de l'apnée du sommeil. Journal of Clinical Sleep Medicine: JCSM: publication officielle de l'American Academy of Sleep Medicine, 9 (9), 845–852. https://doi.org/10.5664/jcsm.2976
    8. 8. St-Onge, M. P., Roberts, A. L., Chen, J., Kelleman, M., O'Keeffe, M., RoyChoudhury, A., et Jones, P. J. (2011). Une courte durée de sommeil augmente les apports énergétiques mais ne modifie pas la dépense énergétique chez les individus de poids normal. Le journal américain de la nutrition clinique, 94 (2), 410–416. https://doi.org/10.3945/ajcn.111.013904
    9. 9. Rezaei, M., Khormali, M., Akbarpour, S., Sadeghniiat-Hagighi, K., et Shamsipour, M. (2018). La qualité du sommeil et son association avec la détresse psychologique et l'hygiène du sommeil: une étude transversale chez des étudiants en médecine pré-clinique. Science du sommeil (Sao Paulo, Brésil), 11 (4), 274–280. https://doi.org/10.5935/1984-0063.20180043
    10. dix. Park, S.Y., Oh, M. K., Lee, B. S., Kim, H. G., Lee, W. J., Lee, J. H., Lim, J. T., et Kim, J. Y. (2015). Les effets de l'alcool sur la qualité du sommeil. Journal coréen de médecine familiale, 36 (6), 294–299. https://doi.org/10.4082/kjfm.2015.36.6.294
    11. Onze. Isaac, F. et Greenwood, K. M. (2011). La relation entre l'insomnie et les symptômes dépressifs: véritable ou artefact?. Maladie neuropsychiatrique et traitement, 7, 57–63. https://doi.org/10.2147/NDT.S16267
    12. 12. Paroisse J. M. (2009). Problèmes liés au sommeil dans des conditions médicales courantes. Chest, 135 (2), 563-572. https://doi.org/10.1378/chest.08-0934
    13. 13. Chotinaiwattarakul, W., O'Brien, L. M., Fan, L. et Chervin, R. D. (2009). La fatigue, la fatigue et le manque d'énergie s'améliorent avec le traitement de l'AOS. Journal of Clinical Sleep Medicine: JCSM: publication officielle de l'American Academy of Sleep Medicine, 5 (3), 222-227.
    14. 14. MedlinePlus: Bibliothèque nationale de médecine (États-Unis). (2018, 1er mai). Syndrome des jambes sans repos. Récupéré le 15 décembre 2020 sur https://medlineplus.gov/genetics/condition/restless-legs-syndrome/
    15. quinze. Kim, L. J., Coelho, F. M., Hirotsu, C., Araujo, P., Bittencourt, L., Tufik, S., et Andersen, M. L. (2015). Fréquences et associations des symptômes liés à la narcolepsie: une étude transversale. Journal of Clinical Sleep Medicine: JCSM: publication officielle de l'American Academy of Sleep Medicine, 11 (12), 1377–1384. https://doi.org/10.5664/jcsm.5268
    16. 16. Shechter, A., Kim, E. W., St-Onge, M. P., et Westwood, A. J. (2018). Blocage de la lumière bleue nocturne pour l'insomnie: un essai contrôlé randomisé. Journal de recherche psychiatrique, 96, 196–202. https://doi.org/10.1016/j.jpsychires.2017.10.015
    17. 17. Johansson, A. E., Petrisko, M. A. et Chasens, E. R. (2016). Le sommeil des adolescents et l'impact de l'utilisation de la technologie avant de dormir sur la fonction diurne. Journal des soins infirmiers pédiatriques, 31 (5), 498–504. https://doi.org/10.1016/j.pedn.2016.04.004
    18. 18. Institute of Medicine (US) Committee on Military Nutrition Research. Caféine pour le maintien de la performance des tâches mentales: Formulations pour les opérations militaires. Washington (DC): National Academies Press (États-Unis) 2001. 2, Pharmacologie de la caféine. Disponible depuis: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK223808/